Le maillage des lectures

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Gontcharov

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 2 mai 2017

2006 - Saint-Simon, Mémoires I (extraits)

Saint-simonAcheté, lu peu de temps après.

Les éditions pour enfants proposent couramment des romans de la grande littérature dans une version abrégée et c’est dans une telle édition que je lus David Copperfield de Charles Dickens. Je n’ai pas de souvenir de cette lecture, mais bien de ma déception quand je découvris que le livre ne me l’avait pas proposé dans son intégralité. Et quand, au moment de commencer le cahier des lectures, je notai les quelques classiques que je me souvenais avoir déjà lu, je ne me permis pas d’inscrire le roman de Dickens : un roman non lu dans sa version intégrale n’était pas lu !

Lire la suite...

jeudi 30 juin 2016

2009 - John Steinbeck, Tortilla Flat

tortilla_flatAcheté, lu aussitôt

Quand je tombe amoureuse, j'aime lire les œuvres ou écrivains préférés de l'être aimé. C'est une manière d'entrer dans son intimité et une tentative de comprendre ce qui le meut, quelle est la force qui l'anime. Celui qui deviendrait mon époux me cita, parmi ses œuvres préférées, Tortilla Flat de Steinbeck. 

Lire la suite...

vendredi 3 janvier 2014

2011 - Paul Morand, L'homme pressé

l'homme_presséEmprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

Ce fut le premier livre de Paul Morand que je lus. J'étais plus attirée par le titre que par l’écrivain, même si j’avais entendu parler favorablement de son style nerveux et concis, propre à faire vivre une époque qui s’enivrait de vitesse.

Lire la suite...

lundi 16 décembre 2013

2001 - Ivan Gontcharov, Oblomov

OblomovOffert, lu aussitôt.

Je n’aime pas qu’on m’offre des livres. Indicateurs d’un long voyage qui, pour être en grande part hasardeux, n’en dessine pas moins au fur et à mesure une carte spirituelle particulière, ils doivent pour faire sens être choisis par moi.

Lire la suite...

vendredi 3 mai 2013

1988 - Emile Zola, La faute de l'abbé Mouret

Abbé MouretEmprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

Emile Zola était dans ma famille un écrivain qu'on ne devait approcher qu'avec précaution, pas avant l'âge de 17 ou 18 ans. L'Assommoir, Germinal, représentaient un monde trop sombre, trop dur, trop misérable, pour être lus par des adolescents de 14 ou 15 ans.

Lire la suite...