Le maillage des lectures

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Littérature russe

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 8 novembre 2016

2006 - Iouri Rytkhéou, L'étrangère aux yeux bleus

Rytkheou

Prêté par une collègue, lu aussitôt.

La collègue était attirée par les peuples du Grand Nord : Rytkhéou est tchouktche et les Tchouktches sont un peuple nomade de la Sibérie extrême-orientale. Toute personne vivant un peu en Russie se familiarise vite avec le nom de ce peuple objet de nombreuses blagues raillant leur simplicité d'esprit, le comble quand on sait que les Russes affectionnent les contes célébrant la bienheureuse idiotie, et qu'un de leurs plus fameux personnages est le prince Mychkine ou L'Idiot... Contrairement à mon habitude, je me laissai convaincre de lire le roman, écrit en russe, où l'on apprend des choses intéressantes sur le peuple tchouktche. 

Lire la suite...

mardi 20 septembre 2016

2012 - Dmitri Glukhovsky, Metro 2033

Metro_2033

Emprunté, lu aussitôt.

Metro 2033 est une exception dans mes lectures. Il est un des rares romans lus pouvant être qualifiés de "lecture d'été", bien que je ne l'aie pas lu en été. C'est également le seul ouvrage de science-fiction lu : je n'ai jamais ouvert de Jules Verne, et le seul titre qui s'en rapprocherait, Les chroniques martiennes de Ray Bradbury, lu en 2000, relève davantage de la poésie.

Lire la suite...

mercredi 24 février 2016

2003 - Anton Tchékhov, La dame au petit chien

Dame_au_petit_chienAcheté, lu aussitôt.

J'avais déjà lu la nouvelle en français en 2001 parmi quasiment toutes les nouvelles de Tchékhov. Je préfère me référer à une seconde lecture (bien que celle-ci n'ait pas été notée) que je dus faire en 2002 ou 2003 quand, après avoir repris l'étude du russe, je commençai à lire quelques œuvres courtes dans la version originale, de préférence dans une édition bilingue avec la traduction du texte en regard. Le but était d'avoir une lecture la plus continue possible, raison pour laquelle j'évitais les éditions qui proposaient le texte uniquement en langue étrangère avec l'explication du vocabulaire pouvant ne pas être compris. La nouvelle était déjà connue, je pouvais me concentrer sur la langue russe et jeter un rapide coup d'œil sur la traduction française en cas de difficulté. 

Lire la suite...

jeudi 4 février 2016

1997 - Léon Chestov, La Création ex nihilo

Commencements_et_fins

Acheté, lu aussitôt ?

Parmi les nombreuses perles qui parent Anna Karénine, une m'enchanta particulièrement. Scène à la campagne, chez les Lévine. Deux personnes ont un penchant l'une pour l'autre, elles flirtent agréablement. Tous, y compris elles-mêmes, pensent au mariage et attendent qu'elles se déclarent leur amour. Une cueillette aux champignons semble leur en fournir l'occasion ; elles s'éloignent des autres ; ça y est, le moment est propice. Elles se trompent de conversation, parlent champignons ; le moment est raté. Elles rejoignent les autres, au fond soulagées que rien d'irrémédiable n'ait été prononcé. Fin de l'idylle. C'est du Tchékhov ! m'exclamai-je. J'eus alors envie d'écrire sur une nouvelle de cet écrivain, La dame au petit chien. Mais au préalable, je voudrais faire la généalogie des lectures qui me menèrent à lire du Tchékhov, dont l'image répandue de "bon docteur humaniste" me tint longtemps éloignée. Un article de Léon Chestov, lu dans le recueil Les commencements et les fins, balaya pour moi ce cliché.

Lire la suite...

mardi 22 décembre 2015

2015 - Léon Tolstoï, Anna Karénine

Anna_Karenine Emprunté à la bibliothèque, lu en 2002, relu en 2015.

Je lus mon premier Tolstoï, Résurrection, à l'adolescence (en 1990) mais n'en gardai aucun souvenir, à cet âge-là préférant et de loin l'autre grand romancier russe du XIXème siècle, Dostoïevski.  Je ne le lus avec bénéfice qu'en 2001 avec La mort d'Ivan Illitch et surtout en 2002 alors que j'écrivais mon ouvrage sur Soljénitsyne, grand admirateur de Tolstoï et notamment de son Guerre et Paix que je lus alors. Deux ou trois semaines plus tard, je lus Anna Karénine, le roman que de son côté préférait Nabokov.

Lire la suite...

lundi 29 juin 2015

2001 - Lydia Tchoukovskaïa, Entretiens avec Anna Akhmatova

Entretiens_Akhmatova

Acheté, lu aussitôt.

Le thème de la pièce de Montherlant Fils de personne, le sacrifice de l’enfant, me fit penser au destin de la poétesse russe Anna Akhmatova et de son fils Lev Goumiliov, et me ramena à la lecture des conversations que l’écrivain et critique Lydia Tchoukovskaïa eut avec elle (essentiellement, dans mon souvenir, à la fin des années trente mais elles courent jusqu'aux années soixante) et publia sous le titre Entretiens avec Anna Akhmatova.

Lire la suite...

lundi 8 décembre 2014

2001 - Fédor Dostoïevski, Les démons

Démons Acheté en 1995, lu quelques années plus tard.

Il y eut deux lectures de Dostoïevski : une lecture adolescente, entre 1989 et 1992, de Crime et châtiment jusqu'aux Souvenirs de la maison des morts, et qui fut enthousiaste pour les grands romans, notamment Les frères Karamazov ; et une lecture adulte pour laquelle, excepté les Notes d'un souterrain lues en 1995, je révisai singulièrement mon jugement. J'ai en vue ma relecture partielle des Démons (autre traduction des Possédés) que je n'ai pas, du coup, inscrite dans le cahier, mais que je situerais vers 2001, quand je repris l'étude du russe, et L'idiot, lu en 2007.

Lire la suite...

mercredi 12 novembre 2014

1991 - Fédor Dostoïevski, Les frères Karamazov

Frères KaramazovPris dans la bibliothèque familiale.

Dostoïevski fut le premier écrivain russe lu après Soljénitsyne, découvert grâce à la discussion que dans L'archipel du Goulag ce dernier mène avec les Souvenirs de la maison des morts, et je pensais que c'était précisément par ce livre que j'avais commencé à lire Dostoïevski.

Lire la suite...

lundi 16 décembre 2013

2001 - Ivan Gontcharov, Oblomov

OblomovOffert, lu aussitôt.

Je n’aime pas qu’on m’offre des livres. Indicateurs d’un long voyage qui, pour être en grande part hasardeux, n’en dessine pas moins au fur et à mesure une carte spirituelle particulière, ils doivent pour faire sens être choisis par moi.

Lire la suite...

mardi 28 mai 2013

1988 - Alexandre Soljénitsyne, L'archipel du Goulag

L'archipelOffert par mon parrain, Noël 1987. Lu les trois tomes entre janvier et mai 1988.

Mon parrain n'eut pas l'idée de m'offrir L'archipel du Goulag: il fut plutôt étonné de ma demande.

Lire la suite...

dimanche 28 avril 2013

1987 - Alexandre Soljénitsyne, Une journée d'Ivan Denissovitch

Ivan Denissovitch Emprunté à la bibliothèque, lu aussitôt.

Pour ceux qui ont lu mon livre (Soljénitsyne, un destin) et ceux qui ont eu la curiosité de parcourir le site qui héberge ce blog, le sujet de ce nouveau billet n'est pas inattendu : s'il y a une lecture qui a laissé sa marque, c'est bien celle de Soljénitsyne.

Lire la suite...